vendredi 9 mai 2014

Atelier d'écriture avec Jacques Lindecker

Durant deux heures, je me suis retrouvée sur les bancs du collège Mathias Grünewald, avec les 6ème de Stéphanie Bachmann, pour un atelier d'écriture avec Jacques Lindecker, écrivain et critique littéraire.
J'ai appris qu'à partir d'une contrainte donnée, il est possible de trouver la liberté de s'exprimer. 

Les consignes de l'écrivain étaient les suivantes : 
Prenez une situation de votre vie et racontez-la en deux phrases en spécifiant les données suivantes : où, quand, qui, quoi et les sens (goût, odorat, j'ai aimé, pas aimé) mis en jeu.

Prenez une feuille. 
Ecrivez la première phrase en haut de la feuille, la dernière en bas.

Par exemple :
L'an dernier, j'étais à la mer avec papi et mamie.

FEUILLE VIDE

J'ai goûté des huîtres et j'ai détesté.

On continue :
Visez le milieu de la feuille et écrivez une phrase en rapport avec les deux autres :

C'est la première fois que j'ai bu de l'eau salée. 


On continue :
L'année dernière, j'étais à la mer avec Papi et Mamie.
*
C'est la première fois que j'ai bu de l'eau salée
*
J'ai goûté des huîtres et j'ai détesté.

Remplir les *
On continue:

L'année dernière, j'étais à la mer avec papi et mami
 *
Je n'étais encore jamais parti avec eux
*
C'est la première fois que j'ai bu de l'eau salée
*
Mon frère m'a coûlé dans les vagues
*
J'ai goûté des huîtres et j'ai détesté

Pour savoir combien de phrases il faut rajouter on fait P-1 (le nombre de phrases moins 1): comme quoi la littérature et Einstein ne sont pas éloignés. Et cela donne :

L'année dernière, j'étais à la mer avec Papi et Mamie
Ils sont vieux, mais bon
Je n'étais encore jamais parti avec eux
Ca c'est mieux passé que prévu
C'est la première fois que j'ai bu de l'eau salée
Bizarre et acide
Mon frère m'a coûlé dans les vagues
Je lui ai rendu la pareille
J'ai goûté des huîtres et j'ai détesté.

Et ensuite des variations sur ce schéma :
on écrit première et dernière phrases. On s'échange les feuilles. Création en cadavre exquis. 

L'écrivain a récolté des images dans son béret. Chacun a pris une image au hasard et brodé sur le même schéma que décrit çi-dessus.

Et CA MARCHE. Les élèves apprennent à étoffer un texte.
Bravo l'artiste !
Bon, je vais prendre une aspirine, car pour un cerveau de souris tout de même. 


L'artiste entre en scène : ma photo préférée.
Les photos de l'atelier

Aucun commentaire:

Publier un commentaire